^Vers la haut

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5

1. Les cas maladie (10 cas) :

En matière de maladie à transmission animale ; on signale que la situation épidémiologique reste stable voire regressable.
En effet dix(10) cas pathologiques ont été déclarés ; soit un taux d’incidence de l’ordre de 2,88 cas pour 100.000 Hbts.
La situation de ces maladies a été marquée essentiellement par l’apparition de 08 cas de Brucellose, repartis comme suit :
Un (01) cas de Brucellose : ayant touché un sujet éleveur et boucher de profession avec notion de contamination lors de la mise bas retrouvée au cours de la réalisation de l’enquête  épidémiologique.
Un (01) cas de Brucellose : ayant touché un sujet vétérinaire de profession, avec  notion de contamination professionnelle probable.
Six (06) cas de Brucellose notifiés à la Daïra de Bouteldja durant les deux (02) derniers mois de l’année 2012 :
L’enquête épidémiologique réalisée lors de l’apparition des premiers de ces cas, retrouve la notion de consommation de lait cru provenant d’un élevage caprin existant à la commune Lac des oiseaux : ce foyer animal est la source probable de contamination. Toutes les mesures préventives ont été prodiguées lors de la déclaration de ces cas avec implication des secteurs de la DSA, de la Daïra, et du BHC, afin de freiner l’expansion de cette pathologie 
 
Deux (02) cas de Kyste Hydatique ont été également enregistrés. L’ensemble des cas pathologiques (zoonoses) ont bénéficié d’une prise en charge médico-chirurgicale.
 
2. Les cas de morsures (1621 cas) :
 
Contrairement à la situation épidémiologique des  cas maladie à transmission animale,  qui reste stable, les cas de morsures quant à eux restent élevés constituant ainsi un risque majeur de transmission de la rage humaine , et une lourde charge aux  services de la santé, du fait du cout élevé et de l’incidence financière résultante de la prise en charge des cas mordus en matière de vaccinothérapie et sérothérapie Anti –Rabique.
1621 cas de morsures ont été déclarés durant l’année 2012. Le chien est classé animal mordeur par excellence, avec 1149 morsures. Il représente les 70 % de l’ensemble des animaux mordeurs.
 
Le chat quant à lui vient en seconde position avec 251 morsures.
 
Les morsures par le Rat ,ont aussi leurs part puisqu’elles viennent  en troisième  (3ième) position après celles occasionnées par le chien et le chat : 183 morsures par rat ont été déclarées, situation expliquée par la dégradation de l’état de l’hygiène du milieu, engendrant ainsi des facteurs favorisant la prolifération de cette espèce animale qui est le rat, à titre d’exemple les décharges existantes de part leurs état lamentable  avec prolifération des dépotoirs sauvages signalés à travers l’ensemble des communes et l’insuffisance des opérations de dératisation réalisées par les communes ,continuent de constituer un vecteur de maladies non négligeable.
 
On signale également que 99 sujets humains ont été en contact directe avec des animaux déclarés suspect atteint de rage.
 
A titre indicatif, on enregistre une moyenne annuelle de l’ordre de 1500 cas de morsure, et l’incidence financière résultant de la  prise en charge des sujets mordus ou ayant été en contact avec des animaux suspects,  en matière de sérothérapie et / ou de vaccinothérapie est évaluée  à 3 600 000 DA durant l’année 2012.
 
Dans le même cadre les opérations d’abattage réalisées tout au long cours de l’année 2012, que ce soit dans le cadre des campagnes organisées ou lors des enquêtes épidémiologiques suite à la déclaration des situations de suspicion de la rage animale ont assuré l’élimination de chiens et chats.